L’isolation des murs est prioritaire en rénovation. Elle s’effectue par l’intérieur et l’extérieur. Chacune des méthodes présentant des avantages et des inconvénients.

L’isolation intérieure est en grande partie la plus courante parce qu’elle est plus économique et réalisable par un bon bricoleur. En outre, elle s’effectue indépendamment de la météo, mais aussi pièce par pièce selon le budget disponible.

Réalisée dans un habitat ancien, elle présente l’inconvénient  majeur de neutraliser l’inertie dont disposent les murs et doit impérativement être respirante pour ne pas perturber l’équilibre hygroscopiques de ces derniers. Elle facilite néanmoins le réchauffement rapide des pièces. 

En habillant les murs, l’isolation implique des travaux de décoration et s’effectue donc de préférence avant l’emménagement. Elle se distingue de l’isolation extérieure par deux défauts techniques : elle laisse les murs extérieurs exposés aux chocs de température dus à la météo, et elle n’élimine pas les déperditions dues aux ponts thermiques.

Les bâtiments anciens disposent de murs épais dont l’inertie offre un confort d’été appréciable mais ralentit le réchauffement de la maison en hiver. En outre, la majorité des pierres composant ces murs sont des matériaux à forte effusivité qui captent la chaleur corporelle des individus mais ne se réchauffent pas pour autant. Leur froideur génère ainsi par rayonnement une sensation de froid qui conduit à augmenter la température ambiante pour obtenir un confort satisfaisant. L’isolation intérieure permet de résoudre cet inconvénient mais conserve ses défauts courants.

Parfois difficile à réaliser sur un bâtiment ancien, l’isolation extérieure demeure la solution la plus performante mais doit toujours être complétée par une correction thermique à l’intérieur, qui peut être effectuée grâce à la pose d’un matériau « chaud », type lambris.

A la différence de l’isolation intérieure, l’isolation extérieure exige des compétences professionnelles et ne s’effectue qu’à la belle saison. L’offre des matériaux est également moins grande, sachant qu’on les préfère respirants pour ne pas nuire à l’équilibre hygrométrique des murs.

L’isolation peut s’effectuer sur tous les types de supports avec la pose d’un enduit hydraulique épais ensuite protégé par l’application d’un crépi de finition. Un deuxième procédé consiste à isoler les murs à l’aide de panneau collés ou vissés, puis couverts d’un enduit de finition.

La façade doit être lisse et régulière. Le troisième procédé est considéré comme l’un des plus performants puisqu’il n’est pas limité en épaisseur. Il s’agit d’intégrer l’isolant au cœur d’une structure verticale en bois fixée sur les murs puis de le couvrir avec un bardage bois.

Quel que soit le procédé choisi, suivant le budget et l’état des murs existants, l’isolation extérieure est la seule à pouvoir éliminer les ponts thermiques.

Néanmoins, si elle est parfois l’occasion de valoriser le caractère esthétique d’une maison qui en manque, elle n’est pas toujours réalisable dans l’habitat existant (débord de toiture insuffisant, implantation du bâtiment en limite de propriété, caractère architectural...).

Le courtier de la Maison des Travaux d’Évry et son équipe, seront vos meilleurs conseillers en matière d’isolation d’habitation. Contactez-les !