L'isolation du toit doit être prioritaire car elle permet de réduire de grandes déperditions thermiques. Elle peut être intérieure ou extérieure selon le budget du client ou la configuration des lieux, l'isolation extérieure étant considérée comme la plus performante.

Elle n'est réalisable que dans le cadre d'une rénovation lourde du toit car elle impose la dépose de la couverture, mais présente l'avantage d'éliminer les ponts thermiques, préserve le volume habitable, laisse la charpente apparente et s'effectue sans dégrader l'aménagement intérieur s'il est déjà existant. Elle peut être réalisée avec un isolant en vrac qui est plus économique, un isolant rigide ou des caissons isolants.

Dans les deux cas, l'isolant est mis en place après la pose d'un plafond souvent réalisé en plaques de plâtre. Posé sous les chevrons, le plafond permet de composer des caissons dans lesquels est ensuite placé un film freine vapeur puis l'isolant en vrac, ce dernier étant ensuite couvert d'un panneau pare pluie puis d'un jeu de contre-chevrons et de tasseaux supports de couverture. Seules les pannes restent alors apparentes de l'intérieur. 

La composition est la même pour un composant rigide, à la différence que le plafond est posé non pas sous, mais sur les chevrons, laissant l'ensemble de la charpente apparente. 

Dans le cas des combles non aménageables, on parle de toiture froide car la priorité est d'isoler le plancher de façon à éliminer les risques de condensation provoqués par la confrontation de l'air chaud de la maison avec le plancher froid des combles. Les solutions varient selon que les combles disposent d'un revêtement de sol type parquet ou non. 

En l'absence de parquet, l'isolant peut être répandu en vrac ou déroulé sous forme de rouleaux de laine entre les solives du plancher, l'avantage des rouleaux étant de pouvoir mettre en place une deuxième couche transversale indispensable pour atteindre une résistance thermique R égale à 5. On procède à l'identique quand les combles disposent d'un parquet ou d'un sol en béton. Dans le cas des combles non aménagés mais potentiellement aménageables, on privilégie l'isolation des rampants.

L'isolation intérieure, quant à elle, est plus économique que l'isolation extérieure et ne nécessite pas d'intervention sur la couverture. Elle s'effectue à l'abri des intempéries et à n'importe quelle période de l'année. Côté inconvénients, elle réduit le volume habitable, ne se réalise qu'avant l'aménagement des combles, nécessite forcément des isolants sous forme de rouleaux ou de panneaux, et élimine mals les ponts thermiques.

Le choix de l'isolation est en fonction de ce qui est possible de faire au niveau de la maison.

Si vous avez un projet d'isolation par l'intérieur ou l'extérieur, contactez Philippe WEIL, courtier de La Maison Des Travaux qui saura vous conseiller de façon professionnelle.